Badawi – Mohed Altrad

L’auteur s’est inspiré de sa propre histoire d’enfant d’une femme répudiée du désert pour raconter les souffrances de la misère et de l’isolement. Quand il comprend que son salut est dans l’éducation, il décide de s’accrocher au moindre souffle de vie et de saisir chaque opportunité de s’éloigner de cette terre de malheur. Un récit poignant d’un homme qui semble toujours être ce « badawi » (bédoin) au fond de lui malgré la réussite et les années.

Alain MABANCKOU – les cigognes sont immortelles

J’ai beaucoup aimé ce livre, dans la veine de « Petit Piment ». Michel, grand rêveur et fin observateur, raconte sa vie quotidienne de collégien à Pointe-Noire dans les années 70. Il décrit en détails son quartier, ses parents, ses voisins, ses amis, les commerçants, les traditions... La petite Histoire rejoint la grande quand le camarade président Marien Ngouabi est assassiné. Michel évoque alors les luttes de clans du Congo, la politique africaine, la France-Afrique et les alliances communistes internationales, le tout dans un style très agréable car on a l’impression d’entendre parler les personnages. Aussi divertissant qu'instructif !

FAYE Catherine - L'Attrape-souci

Buenos Aires, tentaculaire et fascinante, oscille en permanence entre miracles et catastrophes. Lucien y raconte son errance après que sa mère l’ait abandonné dans une librairie. Le petit parisien doit s’adapter à la vie tumultueuse de la capitale argentine dont il ne connaît ni les rues, ni les codes. Un clochard le prend sous son aile, des prostituées lui offrent le gîte et le couvert… Chaque jour est une nouvelle aventure et, au fond, il est moins seul que lorsqu’il vivait en huis clos avec sa mère très perturbée. Il grandit au fil des rencontres plus improbables les unes que les autres, il cherche sa place et se crée une nouvelle vie en devenant Lucio.

Tout dans le livre est à la fois dépaysant et familier ; l’épopée de Lucien est inédite, mais son regard naïf sur les événements nous ramène à notre propre enfance. Le récit est très touchant, plein de rebondissements, et optimiste, malgré tout. (voit mon post Facebook)

KRHAJAC Philippe - Une vie minuscule

Comment grandir, se construire, prendre une direction, quand on s’appelle Phérial et qu’on évolue au sein de l’assistance publique depuis sa naissance ? Comment aimer, se faire aimer, supporter l’absence de sa mère et du Père Noël ? Pas de demi-mesure, ou la vie est merveilleuse ou elle est horrible.

Quand on est orphelin, on avance à tâtons. On apprend tout seul la beauté et la cruauté du Monde, la gentillesse et la méchanceté des humains. On n’a pas d’enfance, ou alors elle dure toujours.

Le récit de de Philippe Krhajac est bouleversant du début à la fin.